Envisager l’entreprise comme un théâtre

Article de fond

INTERVIEW

19 Avril 2021

Partagez sur Twitter !

Partagez sur Linkedin !

 Envisager l’entreprise comme un théâtre

Envisager l’entreprise comme un théâtre pour mieux communiquer

"L’Entreprise est un Théâtre" telle est la vision de Ian Parizot: comédien, metteur en scène, spécialiste en improvisation théâtrale, formateur en entreprise et également directeur de la troupe Again! Productions.

Chez Seven, nous avons la chance de le compter parmi nos formateurs passionnés de transmission. Parce que la communication orale est une compétence sur laquelle nous intervenons au quotidien, nous avons voulu mettre à l’honneur l’expertise de Ian sur les meilleures techniques à utiliser pour bien communiquer dans la sphère professionnelle.

Quels éléments travailler lorsque l’on est comédien ?

Comme ce n’est pas tous les jours que nous interrogeons un comédien et spécialiste en improvisation théâtrale, nous étions forcément curieux de connaître ses habitudes de travail et ses conseils. Quels éléments travaille-t-il au quotidien ? Comment apprend-t-il et s’approprie-t-il son texte ? Comment prend-t-il connaissance de l’humeur du public ? Comment gère-t-il sa présence scénique ? Comment prépare-t-il sa voix ? Comment réduit-il son stress ? Ian nous a livré plusieurs de ses exercices quotidiens.

Travailler son discours

I. P - "Lorsque j’ai du texte à mémoriser, ce sont plusieurs exercices que j’effectue. Je m’amuse à prononcer mon texte d’une façon atypique (en criant par exemple), d’autre fois je m’amuse à utiliser un accent et parfois même à imaginer que le texte s’applique à un tout nouveau contexte (par exemple, je me mets dans la peau d’un conteur autour du feu ou d’un chef de guerre avant la bataille, etc). Grâce à ces exercices, j'apprends ainsi à découvrir des échos inattendus au texte pour rester spontané et ne pas être mécanique dans ma diction. Il s’agit d’une façon pour moi de me surprendre en laissant de côté mes attitudes pré-conçues."



Surprenez-vous en vous plaçant dans la peau d’un autre personnage : voici ce que l’on peut retenir. Et si avant un rdv client important, une réunion pour convaincre de la mise en place d’un projet, vous vous imaginez être un personnage victorieux afin de gagner en confiance et inspirer confiance ? Car ce ne sont pas uniquement les arguments qui priment mais aussi ce que vous dégagez qui influent sur votre impact sur autrui.

Prendre la température du public

I. P - " Un autre facteur auquel je prête une attention toute particulière, c’est “la température” du public. Dans les heures et les minutes qui précèdent la représentation, je suis à l’écoute des bruits de couloirs qui me donnent des indications sur le niveau d’enthousiasme du public. Avant d’entrer sur scène, depuis les coulisses, je devine l’humeur du public (par leurs rires plus ou moins nombreux, le volume et la durée de leurs applaudissements, les silences, les retours des comédiens qui reviennent en coulisses, etc.). Je dirai donc qu’il faut être très attentif à l’ambiance de la salle pour adapter son niveau d’énergie."



Connaître son audience, mais surtout avoir conscience que celle-ci change selon le contexte, est un facteur à prendre en compte pour communiquer efficacement à l’oral. Dans un cadre professionnel, les bruits de couloirs, les discussions informelles, les échanges de mails précédant le discours oral vous apporteront des indications précieuses sur votre public, à vous de tendre l’oreille !

Prendre conscience de tout son corps

I. P - " En tant que comédien, il est bien sûr essentiel d’exercer son corps. Pour cela, je n’hésite pas à travailler la souplesse de mon corps, à faire des exercices où je prends conscience de tout mon corps jusqu’au bout de mes doigts. Je m’entraîne aussi à pouvoir retrouver rapidement une posture de neutralité en toute situation. "



La communication visuelle joue un rôle fondamental dans la communication orale, elle aurait même 55% d’impact sur autrui si l’on s’appuie sur les études réalisées par Albert Mehrabian en 1967. Et parmi la communication visuelle, la façon de se tenir en fait partie. Placez-vous bien droit ? Avez-vous les épaules avancées ? Vos pieds sont-ils suffisamment ancrés dans le sol ? Toutes ces questions sont à se poser dans la sphère professionnelle.

Préparer sa voix

I. P - " J’échauffe également ma voix en réalisant des exercices de diction et de respiration, en prêtant une attention à mes différents résonateurs (ce sont les parties du corps qui vont vibrer lorsque le son est émis), en alignant ma colonne d’air et évidemment en réchauffant mes cordes vocales. "



Voix aiguë, voix grave, accent chantant ou non, nous avons tous des éléments que nous ne pouvons pas modifier. Toutefois, nous pouvons travailler le rythme de nos phrases, les mots que l’on souhaite accentuer, le volume de notre voix. C’est en s’entraînant à parler à haute voix mais aussi, comme le mentionne Ian, en réalisant des exercices de diction et de respiration, que nous pourrons reprendre progressivement le contrôle de notre communication non-verbale.

Accepter l’improvisation

I. P - " Enfin, je dirai qu’il est essentiel de se mettre dans un état d’esprit positif afin de réduire son trac. Par exemple, pour diminuer mon stress, juste avant de monter sur scène, je me dis que le public est séduisant. Dans le cadre de l’improvisation, c’est d’autant plus important d’adopter cet état d’esprit en étant toujours dans une position d’écoute vis-à-vis de son interlocuteur sans chercher à placer des mots de manière forcée ce qui fait perdre notre communication en impact. La positivité permet ainsi de rendre son message plus authentique. "



Ian évoque ici l’improvisation : un élément que nous retrouvons quotidiennement au travail. Même en anticipant au maximum, l’imprévu fera toujours son apparition : une nouvelle inattendue, un changement d'action à la dernière minute, une opinion à laquelle nous n’avons pas pensé qui nous est présentée, etc. Improviser et par conséquent adapter sa communication en fonction des événements est courant en entreprise. Sans nous en rendre compte, nous agissons comme des comédiens d'improvisation !

Pourquoi appliquer les techniques de théâtre dans la sphère professionnelle ?

Nous avons poursuivi l’interview en demandant à Ian Parizot les raisons pour lesquelles les techniques de théâtre pouvaient s’appliquer dans la sphère professionnelle.

Une confiance en soi

I. P - " Avant toute chose, je conseille la pratique du théâtre car cela ne peut qu’apporter de nombreux avantages, tant sur la sphère personnelle que professionnelle : une meilleure confiance en soi, une meilleure maîtrise de sa communication, une réduction de son stress lors d’une prise de parole en public… Dans sa pièce Comme il vous plaira, le dramaturge William Shakespeare a cette phrase magnifique : " Le monde entier est un théâtre, et tous, hommes et femmes, n’en sont que les acteurs. Et durant notre vie nous jouons plusieurs rôles. " Par extension, on pourrait dire que " l’entreprise est un théâtre ". Pourquoi donc ne pas envisager l’entreprise comme un théâtre ? "



“Envisager l’entreprise comme un théâtre”, cette phrase prend tout son sens lorsque Ian nous explique les raisons et lorsque nous repensons à toutes les situations où nous nous adressons à un public. Que ce soit en réunion avec ses collègues, en rendez-vous client, nous sommes en représentation. Nous restons nous-mêmes certes, mais par notre fonction et nos responsabilités, nous savons que nous devons prêter attention à notre attention dans l’objectif de convaincre notre interlocuteur du bien-fondé de notre message.

Des moments de représentation

I. P - " Au travail, il y a une diversité de moments où nous sommes en "représentation". En effet, lorsque nous animons une réunion, présentons un nouveau projet à notre équipe, réalisons l’entretien de fin d’année par exemple. Ce sont tous des périodes où nous devons soigner notre communication. J’ajouterais tout de même qu’être en représentation ne signifie pas être faux mais être présent à 100%. "



Soyez vous-même tout en respectant la culture d’entreprise, voici ce qu'il faut avoir en tête sur la ”scène du travail” !

Une troupe, une équipe, un collectif

I. P - " Envisager l’entreprise comme un théâtre permet à mon sens de prendre du recul. Les collaborateurs qui ont une passion en dehors du travail pourront souvent y trouver des ressources pour être plus pertinents et épanouis dans le monde professionnel. Prenez l’exemple des collaborateurs habitués aux sports en équipe qui auront plus de facilité à participer à un projet de groupe. Pratiquer le théâtre donne un avantage pour endosser un rôle, suivre et interpréter un script, développer un esprit de troupe et s’adapter à un interlocuteur par exemple."



Jouer sur scène, c’est intégrer une troupe. Réaliser ses fonctions, c’est intégrer une entreprise. De la même façon que les comédiens, les collaborateurs ne sont pas seuls à être en “représentation” (pour reprendre le vocabulaire théâtral), ils peuvent compter sur leurs collaborateurs pour leur donner la “réplique” et les aider dans l’avancement de leur projet.

Des métiers multi-casquettes

I. P - " Depuis une dizaine d’années, les actifs sont nombreux à être multi-casquettes. Aujourd’hui, il faut pouvoir être pédagogue, puis leader, puis collègue, puis exécutant, puis manager, etc… . De la même façon que les comédiens qui ont plusieurs rôles, les actifs doivent agir de façon différente selon la situation. Être capable de s’adapter selon le contexte est d’autant plus visible chez les fonctions où le lien humain est fort : par exemple au service relation client, aux ressources humaines ou pôle commercial."



Les casquettes des comédiens sont nombreuses mais celles des collaborateurs le sont tout autant. La variété des missions pousse chacun à adopter une posture différente et s’adapter selon le contexte. En fin de compte, plus nous avançons dans cet interview avec Ian et plus les points communs du théâtre avec l’entreprise nous paraissent évidents !

Quels conseils pour que la capacité à communiquer d’un manager inspire ?

Enfin, nous avons voulu interroger Ian Parizot sur sa définition d’un manager et pour lui, un bon manager est un manager qui sait écouter. En faisant preuve d’écoute active, le managé, se sentant écouté, sera davantage motivé dans son travail, plus inspiré et par conséquent plus productif. Il nous démontre alors qu’une bonne écoute nécessite trois actions clés :



1- Poser des questions : Ian nous expliquait que "poser des questions montre à son interlocuteur que le sujet nous intéresse et donne envie d’aller plus loin."



2- Reformuler les propos de l’interlocuteur : Ian nous confiait que "la reformulation des propos d’autrui montre à celui-ci qu’on a compris et véritablement écouté ce qu’il nous partageait et que nous sommes capables de nous les approprier. Cela permet aussi à l’autre de nous corriger si on a mal compris ses propos"



3- Être affecté émotionnellement et rationnellement par ce qui est dit : Ian soutenait que "l’écoute de l’autre, c’est être changé d’une certaine façon, c’est s’avouer que l’autre provoque en nous un sentiment, un impact réel, une conséquence concrète."



Comment passer de l’émotionnel au rationnel lors d’un conflit ?

Dans un cadre professionnel, il n’est pas rare d’affronter une situation de conflit. Comment gérer une situation de conflit et faire passer ses collaborateurs d’un état émotionnel à un état plus rationnel ? Pour répondre à cette question, ce sont trois étapes que Ian évoque :

1- Verbaliser sa propre émotion et la faire entendre : C’est selon lui "un bon début pour gérer un conflit car on fait preuve de sincérité en s’écoutant soi-même."



2- Écouter l’émotion de l’autre : Il faut pour cela " ne situation d’écoute pour reformuler les propos et vraiment entendre l’émotion de l’autre. Lorsque son émotion est exprimée et entendue, alors elle peut commencer à s’évacuer. Ce n’est qu’après cette étape qu’on peut aller vers des arguments rationnels."



3- Faire preuve d’empathie : Il précise qu’une 'empathie sincère' doit être mise en place, soit "une empathie qui nous pousse à nous mettre à la place de l’autre, à imaginer ce que l'autre peut ressentir. Cette empathie doit continuer à être présente même lorsque nous passons à l’étape de la discussion rationnelle : elle va affecter les arguments et les propositions concrètes que je vais choisir d’évoquer. Si je ne continue pas d’exercer mon empathie dans cette phase, alors l’écoute n’est qu’une posture."



Ces échanges avec Ian Parizot nous montrent finalement que les exercices de théâtre sont facilement applicables dans la sphère professionnelle et que les résultats peuvent être forts utiles. A vous donc de vous placer sur scène, d’appliquer les techniques théâtrales pour y jouer votre propre rôle !

Partagez cet article autour de vous

Articles liés