Optimiser l’expérience collaborateur : une stratégie d’acquisition et de fidélisation des salariés

Gestion d'équipe

RÉFLEXION

22 Septembre 2021

Partagez sur Twitter !

Partagez sur Linkedin !

Optimiser l’expérience collaborateur : une stratégie d’acquisition et de fidélisation des salariés

Optimiser l’expérience collaborateur : une stratégie d’acquisition et de fidélisation des salariés

Toutes les interactions vécues par un salarié représentent, ce que l’on appelle, “l’expérience collaborateur”. Des instants décisifs (candidature, prise de poste, nouvelle responsabilité, réussite d’un projet, départ d’un binôme de travail, etc.) aux missions quotidiennes (tâches habituelles, relations avec ses collègues ou clients, etc.), c’est l’intégralité du parcours collaborateur qui est concernée. Parce que optimiser les instants de vie de vos (futurs) talents peut considérablement vous apporter, nous consacrons cet article à la pièce maîtresse des entreprises : le collaborateur. Durant votre lecture, nous vous encourageons d’ailleurs à réfléchir au(x) cheminement(s) réalisé(s) par vos salariés et à vous interroger sur les potentielles actions à mener.

L’expérience collaborateur : de la candidature au départ du salarié

Séduire dès le recrutement

Le contact avec ses collaborateurs s’effectue dès le début, lors du premier mail ou échange téléphonique réalisé avec l’entreprise. Ici la personne n’est encore qu’un candidat parmi d’autres ! En cas d’échanges fructueux, les étapes se poursuivent et l’entretien dans les locaux se déroule. Le décor, l’accueil réservé par les salariés, les remarques des recruteurs, sont autant d’éléments constituant une impression positive ou négative et influent le candidat sur son choix d’intégrer l’entreprise ou non.

Soigner l’intégration des nouveaux talents

Une fois le collaborateur embauché, la séduction se poursuit puisque rappelons qu’au cours de sa période d’essai, l’équipe dirigeante ou lui-même, peut rompre le contrat. Une bonne intégration peut ainsi orienter positivement son désir de rester : mise à disposition de matériel, évènement d’équipe, partage d’un livret d’accueil, échange sur la vision d’entreprise.

Une recrue découvrant son bureau spécialement réservé, prêt à l'accueillir, ainsi qu’un mot de bienvenue, pourront favoriser le climat de bienveillance. Par ailleurs, savoir ses nouveaux collègues au courant de son arrivée ne pourra que plaire et prouver une communication interne claire. Dans certaines entreprises, ce sont même des salariés se porter volontaires pour devenir « parrains » que l’on observe. Ils guident les nouveaux, les rassurent, répondent à leurs questions sur la vie d’équipe, leur font visiter les locaux, leur partagent les bonnes adresses de restaurants à proximité, etc.

Adapter le management

Passons ensuite à la plus longue partie du parcours collaborateur : le travail quotidien, une fois le collaborateur pleinement intégré et à l’affût des habitudes de l’entreprise.

Avec le modèle Hersey et Blanchard par exemple, ce sont différents styles qui peuvent s’appliquer selon la situation : directif, persuasif, participatif ou délégatif. Suivant l’expertise du salarié sur une mission, sa motivation sur le sujet concerné, ainsi que la relation de confiance créée entre les deux parties, c’est l’un des quatre modes, décrits plus tôt, que le manager choisira d’appliquer.

Quelques points de vigilance à noter toutefois. Un collaborateur se voyant appliquer un style identique sur chacune de ses missions et ce durant plusieurs mois, ressentira probablement de la frustration. En effet, l’application constante d’un management directif pourra être vécu par le collaborateur comme peu valorisant. De l’autre côté, l’omniprésence du style délégatif risquera de donner au manager une faible visibilité sur les actions de son salarié. C’est finalement un management adaptable selon la situation, qui favorisera l’engagement du collaborateur et sa productivité.

Conclure avec brio une collaboration

Malgré des efforts déployés de la part de l’entreprise, ainsi qu’une bonne expérience vécue par le salarié, la possibilité qu’il mette un terme à sa collaboration est envisageable. Si vous êtes manager, il est normal que cette nouvelle ne vous enchante guère. Toutefois, il est important que l’expérience de vos collaborateurs se termine sur une bonne note. Ainsi, le remercier de son implication et de son savoir-être sont des comportements que le talent pourra apprécier. Puis qui sait, vos chemins professionnels se recroiseront peut-être un jour ?

3 bonnes raisons de miser sur l’expérience collaborateur

1- Des salariés davantage motivés

Une expérience collaborateur favorable implique généralement de bonnes conditions de travail et donc une qualité de vie appréciable. Interrogez-vous sur les facteurs contribuant (ou pouvant contribuer) au bien-être de vos salariés ! S’agit-il de l’emplacement de vos locaux ? De la façon dont votre lieu de travail est aménagé ? Des horaires flexibles que vous proposez ? Du respect de l’équilibre vie privée / vie professionnelle ? De la montée en compétences de vos salariés ? De la bonne ambiance qui règne ? De l’écoute des supérieurs ? En prêtant attention aux conditions de vie de vos salariés, vous réduirez les absentéismes répétés, les baisses de motivation, les stress récurrents et les rapports conflictuels dans l’équipe.

2- De nouveaux talents conquis

Gardez à l’esprit que des collaborateurs se sentant serein au sein de leur entreprise, en parleront autour d’eux. Certains pourront même devenir des ambassadeurs, grâce à des posts publiés, des relais de contenus et des discussions avec d’autres professionnels lors d’événements. Ces salariés demeurent précieux car leur communication pourra influencer de potentiels talents à candidater.

3- Des transmissions de compétences

Le départ d’un salarié c’est potentiellement la perte d’un talent irremplaçable. Pour prévenir de cette situation, une passation de compétences en amont est judicieuse. La transmission prend certes du temps mais évite de débuter une phase coûteuse de recrutement. Par ailleurs, en faisant monter en compétences les collaborateurs, ces derniers se sentiront davantage valorisés. De nouvelles compétences acquises représentent pour eux un accès plus rapide vers de nouvelles responsabilités. Si des interrogations sur un possible départ existaient, elles pourraient disparaître avec les perspectives d’évolution offertes par leur société.



Finalement, choyer ses salariés devient aussi important que maintenir des relations clients de qualité. Le plus souvent, une bonne entente avec eux signifie l’instauration d’un lien de confiance. Le phénomène reste le même avec les relations salariés : plus vous soignez l’expérience qu’ils vivent en tant que membres de votre société et plus la probabilité qu’ils vous aident est forte. Vos équipes sont vos meilleurs alliés, ne l’oubliez pas !

Partagez cet article autour de vous

Articles liés