SEVEN

Assertivité : un équilibre dans l'affirmation de soi

L’assertivité est un concept qu’on retrouve de plus en plus dans les formations en management comme dans les livres et les programmes de développement personnel. L’assertivité est une école d’affirmation de soi qui propose des techniques pour faire face aux autres sans agresser, manipuler ni s’effacer. Bien sûr, comme il est préférable de ne pas définir un concept par ce qu’il n’est pas (cf brique sur la Pensée Positive) nous n’allons pas nous contenter d’affirmer que l’assertivité n’est ni manipulation, ni agressivité, ni soumission : l’assertivité est la capacité à s’exprimer et à défendre ses droits sans empiéter sur ceux des autres.

Matrice 4 cases sur 2 axes définissant l’assertivité. Les 2 axes sont l’ouverture de communication en ordonnées et la considération pour les autres en abscisses

Sans « paternité » affirmée (wikipédia dit que le psychologue new-yorkais Adrew Salter en serait le fondateur cependant cette affirmation est controversée et sujette à caution), l’assertivité est née de l’intention du gouvernement américain d’offrir aux minorités (d’abord raciales, mais bien vite, d’autres minorités se sont emparés des techniques d’assertivité : féminisme, syndicats, etc.) des moyens de s’affirmer dans leur spécificité.

L’assertivité se décompose en 3 étapes clefs :

Cette méthode est utile dans beaucoup de situations, comme celles, intimidantes, ou un rapport de force est en votre défaveur et où il peut être difficile d’arriver à dire non :votre patron vous demande de venir travailler un samedi parce qu’il y a un goulot d’étranglement en terme de charge de travail et ce alors que vous aviez prévu votre weekend, votre enfant exige un nouveau cadeau, un collègue veut absolument vous faire entrer dans l’équipe d’un nouveau projet alors que vous savez pertinemment que vous ne devriez pas vous charger en terme de travail…

L’assertivité apprend aussi à être plus à l’aise avec l’affirmation de ce que vous souhaitez réellement sans avoir à déguiser les motivations réelles de façon à ce qu’elles apparaissent comme plus « normales » ou socialement acceptables. Il est courant que la « pression sociale » et la peur du jugement d’autrui nous pousse à chercher des moyens détournés pour obtenir ce que l’on souhaite, de peur d’une incompréhension des raisons réelles. Par exemple vous pouvez affirmer être sous un traitement médical pour ne pas avoir à boire en soirée sans avoir à s’en justifier tout le temps, vous pouvez affirmer ne pas être compétent dans un domaine pour ne pas risquer de se voir affecter des tâches qui vous déplairez dans votre travail… dans ce cas vous ne donnez pas les vraies raisons et n’êtes pas transparents. Vous entrez déjà dans le mensonge et dans la manipulation. L’assertivité nous apprend à nous en sortir de façon à être plus intègre – plus aligné avec soi-même et ses valeurs – et à ne pas risquer de saborder des relations sur le long terme si elles sont parsemées d’« arrangements avec la vérité » de votre part.

Enfin, l’assertivité obligeant à travailler son écoute active, elle permet aux personnes agressives d’apprendre à mieux intégrer les points de vie d’autrui et à les considérer. L’assertivité est fondée sur une vraie empathie et les personnes qui s’affirment trop brutalement pourront, à travers sa pratique, développer une meilleure compréhension des autres, une meilleure intégration de leurs besoins lors de prises de décision et des relations plus saines.

La façon dont vous pourrez travailler votre assertivité dépendra d’où vous partez : êtes-vous trop dans la fuite/la soumission, trop dans la manipulation, ou trop dans l’agression ? Quelle que soit la réponse, la pratique de l’assertivité à partir des 3 éléments clefs ci-dessus est une bonne solution. Avec une pratique intentionnelle régulière, vous trouverez rapidement, en quelques mois, un bon équilibre et serez vite perçu comme « une personne assertive ».

Crédit photo : Kenny Webster