SEVEN

Contrôler l'histoire

Dans le très célèbre livre de George Orwell, 1984, le pouvoir totalitaire, collectiviste et autoritaire de Big Brother réécrit constamment l’Histoire. Même la plus récente: jusqu’aux chiffres de la production de chocolat de la semaine précédent.

Avoir la capacité d’orienter l’histoire dans une lumière favorable à son idéologie ou son pouvoir est critique dans les guerres d’influences. Et cela a été le cas continuellement dans l’Histoire de l’humanité.

On peut remonter jusqu’à Akhenaton, en Égypte ancienne: vers 1350 avant Jésus Christ qui a essayé de faire de l’Egypte un pays monothéiste. Il a tenté de retirer, mutiler ou détruire tous les noms (dans des cartouches), tous les symboles et toutes les statuts des autres dieux présents dans les temples. Heureusement, la plupart de ses tentatives d’effacer l’Histoire ont échouées et il reste possible de retrouver des traces de ce qui existait avant. Dans le cas d’Akhenaton, ces changements brutaux ont été si mal vécus qu’il a lui-même finalement été renversé et la majorité de ses propres statuts et cartouches ont été détruits, effacés ou retirés.

De la même façon, après la proclamation de la chrétienté comme religion officielle de l’Empire Romain par l’Empereur Constantin, les Chrétiens ont vandalisés, détruits ou marqués d’une croix au front un grand nombre de statuts ou symboles des dieux païens.

Quelques statues romaines vandalisées par les Chrétiens après l’officialisation de la religion chrétienne orthodoxe comme religion de l’Empire.

En général ces tentatives d’effacer le passé passent également par des tentatives d’élimination de certaines populations, celles qui vont résister le plus à l’effacement du passé. Dans la cas de la conversion de l’Empire Romain au catholicisme, les Chrétiens se sont mis à persécuter les polythéistes. Alors que quelques décennies plus tôt, c’était les Chrétiens qui étaient martyrisés. Mais maîtriser l’Histoire, maîtriser les symboles est un enjeu bien trop important.

A partir de la révolution bolchévique de 1917, des milliers d’œuvres d’art et symboles du passé tsariste de la Russie ont été retirés voire détruits. Et après la chute de l’URSS et l’effondrement des régimes communistes, ce sont les symboles du communisme qui seront retirés partout dans les anciens pays socialistes.

De gauche à droite: Descente d’une statue de Lénine, Musée de statues communistes à Budapest Memento’s Park, image extraite du film de Wolfgang Becker, Goodbye Lenin (2003)

Entre 1958 et 1962, Mao Ze Tong et les gardes rouges ont détruit de nombreux livres, temples, statues et symboles du passé chinois. Le “Grand Bond en Avant” avait pour composant l’effacement du passé impériale, nationaliste (selon la doctrine de Thang Kai Check) et confucianiste de la Chine.

Rien n’a changé car aujourd’hui encore les symboles doivent être en accord avec les tendances idéologiques du moment et le passé est retravaillé et ré interprété en fonction. En Février 2017 en Virginie (Etats Unis d’Amérique) le maire démocrate de Charlottesville Michael Signer and son adjoint Wes Bellamy ont obtenu du conseil municipal un vote en faveur du retrait de la statue du général Robert E. Lee, chef militaire des armées confédérées pendant la guerre de sécession. Ce vote était le résultat d’années de débats, de manifestations et de lobbying. La statue du général Lee allait donc être retirée et la place allait être renommée, de Lee Park à Emancipation Park - son nom depuis Juin 2017. En mars 2017, une opposition principalement républicaine (à noter que pendant la guerre de sécession, le Sud était démocrate et esclavagiste et le Nord républicain et abolitionniste, et désormais des Républicains se retrouvent à défendre de vieux symboles démocrates…) a poursuivi en justice le conseil municipal en affirmant qu’ils n’avaient “aucun droit de retirer cette statue.” En Août 2017, une manifestation d’opposants au retrait de la statue a dégénérée, alors que la police s’était retirée et avait laissé face à face les manifestants opposés au retrait de la statue et les contre manifestants “antifas”. Un déséquilibré mental, plus tard assimilé à des groupuscules néo nazis présents chez les manifestants, a même foncé dans la foule et tué une jeune contre manifestante. Il s’en est suivi dans tout le pays une vague d’indignation et le retrait de centaines de statues et symboles confédérés.

Retrait, par une foule en colère, d’une statue d’un soldat confédéré le 14 Août 2017 à Durham, Caroline du Nord

D’autres retraits de statues, aux Etats-Unis, pour l’effacement d’un passé jugé moralement inférieur et que le pays ne semble plus assumer.

Jouer sur le passé est une des façons utilisées pour jouer sur nos perceptions. Là aussi cela vaut la peine de nous interroger sur qui a intérêt à modifier notre passé, à essayer de changer la façon dont nous percevons le monde…

« Celui qui contrôle le passé contrôle le présent, et celui qui contrôle le présent contrôle le futur. » — George Orwell

Crédit photo : Jacob Valerio