S'entourer et s'appuyer sur des collaborateurs de confiance pour réussir

Gestion d'équipe

Réflexion

24 Juin 2024

Photo prise par @mediensturmer

Vous vous souvenez des fois où vous étiez impatient de revoir quelqu'un ? La perspective de savoir que vous allez retrouver une personne que vous appréciez et en qui vous avez confiance, était particulièrement agréable ! Peut-être cela vous est-il arrivé de ressentir cette sensation avant même de retrouver des collègues de travail. Savoir que nous allons passer notre journée de travail aux côtés de personnes que nous affectionnons peut s'avérer une véritable source de motivation. Le summum est atteint lorsque nous savons que nous pouvons compter sur eux, tant dans les moments de joie que dans les épreuves, lorsque leur bienveillance est tangible, et que nous nous sentons libres de leur partager nos pensées et opinions. Précisons toutefois qu'il existe une distinction entre affection et confiance, car si nous pouvons apprécier certains collègues, cela ne signifie pas pour autant que nous leur accordons une confiance intégrale. D'ailleurs, parmi nos collègues de confiance, la proximité avec chacun d'entre eux et les confidences que nous leur faisons, varient considérablement d'une personne à l'autre. Plus que le simple sentiment d'affection pour une personne, c'est le développement d'une confiance mutuelle avec nos collègues qui nous apportent des bénéfices concrets au travail. Comment donc reconnaître nos alliés parmi nos collègues ? Comment savoir à qui accorder notre confiance ? Comment entretenir et renforcer notre relation avec eux ? Cet article explore l'importance de savoir s'entourer de collaborateurs de confiance et de s'appuyer sur ces derniers pour assurer sa réussite professionnelle.

Pourquoi avoir des collègues de confiance ?

Boostez votre motivation

Communiquer avec vos collègues, que ce soit en face-à-face ou à distance, est une activité habituelle dans l'environnement professionnel. Selon la nature de vos missions, les projets qui vous sont assignés et l'organisation de votre entreprise, la fréquence de vos interactions avec eux est différente.


En mars 2024, Gael Chatelain-Berry, un expert en management bienveillant, a mené un sondage sur LinkedIn auprès de 3 898 personnes. Ses conclusions mettaient en lumière l'impact des relations entre collègues sur la motivation au travail. Selon les résultats, 35% des répondants avaient estimé que la présence de leurs collègues influençait positivement sur leur motivation, tandis que pour 34%, cet impact variait selon les jours. Pour 19%, la présence de collègues était essentielle et pour 12%, elle était optionnelle. D'après cette étude, c'est plus de la moitié des professionnels qui voient en leurs collègues un facteur clé de motivation. Qu'en est-il pour vous ?

Augmentez votre performance

Au-delà de la motivation au travail augmentée par la présence de collègues de confiance, ces derniers peuvent jouer sur votre performance au travail et ainsi contribuer en partie à la réussite de vos projets. En effet, travailler avec des collaborateurs que vous appréciez et surtout envers qui vous avez confiance, crée en principe un environnement où vous vous sentez à l'aise et libres de vous exprimer. Vos discussions avec eux, bien qu'elles puissent conduire à des désaccords, sont généralement sources de feedbacks constructifs. Les échanges stimulent l'émergence de nouvelles idées, vous encouragent à reconsidérer vos perspectives et vous aident parfois à résoudre des problématiques qui vous freinaient jusque-là.

Disposez d'un soutien émotionnel

Vouloir à tout prix réussir ses missions peut potentiellement engendrer stress et pression sur un collaborateur, en raison parfois des objectifs ambitieux, des imprévus à gérer, des échéances approchants, des conflits émergents, etc.


De la même façon que vous vous sentez mieux lorsque vous êtes soutenus par vos amis, votre famille, votre compagnon (ou compagne), dans la sphère professionnelle, vous êtes plus apaisés lorsque vous avez la sensation d'être accompagnés. Avec des collègues de confiance, vous savez que vous pouvez leur partager les bonnes nouvelles et que vous seriez écoutés. De plus, il est pour vous, agréable de savoir que vous pouvez vous confier dans les moments difficiles que ce soit face à une baisse de moral, à l'accumulation de doutes, à la multiplication d'erreurs, ou à la fatigue intense. Ces collègues fiables sont présents pour vous écouter sans jugement, vous conseiller, ou simplement vous offrir un moment de répit quand vous en avez besoin, et cela fait du bien !

Sentez-vous accompagnés dans tous les moments

Lors d'une prise de poste, avoir identifié des collègues de confiance est d'autant plus précieux, car en arrivant dans un nouvel environnement de travail, tout est à découvrir : les méthodes de travail sont différentes, les rituels d'entreprise sont inconnus, les politiques d'entreprises sont nouvelles. Lors de cette phase d'intégration, il est alors naturel de ressentir de l'incertitude et de l'anxiété en raison d'une méconnaissance des processus internes.


Bien que l'autonomie puisse être valorisée dès les débuts, elle peut aussi exposer un nouvel arrivant à des erreurs. C'est justement pour les éviter, que chercher conseil auprès de collègues de confiance pourrait aider tout nouvel employé à diminuer ses risques d'erreur, mais également accélérer son assimilation des pratiques de l'entreprise et l'adoption des normes.

Bénéficiez d'un appui dans la promotion de vos idées

Vos collègues, en fonction de leur rôle, de leur département, de leur ancienneté, et de leur réputation au sein de l'organisation, peuvent agir comme des ambassadeurs de vos idées, faciliter la communication des messages qui vous tiennent à cœur et vous permettre de plus facilement, faire accepter aux autres la conduite de projets que vous avez imaginés. Ainsi, lorsque vous cherchez à instaurer un changement ou à lancer une nouvelle initiative, avoir le soutien de collègues respectés et influents est un véritable atout pour convaincre sa direction par exemple et les autres équipes de la valeur et viabilité de ses propositions.


D'ailleurs, John Paul Kotter, professeur à la Harvard Business School et auteur du livre Leading Change (publié en 1996) a identifié 8 étapes pour faire accepter un changement à un groupe. Une fois le sentiment d'urgence créée (qui constitue la première étape), il encourage en deuxième étape, la création d'une équipe de pilotage composées de personnes qui feront office d'autorité, que ce soit par leur pouvoir hiérarchique, leurs compétences techniques, leur ancienneté, leur prestance, leur réputation, etc.


Comment reconnaître vos alliés au travail ?

Ils créent un climat serein

Les collègues avec lesquels vous êtes en confiance créent un climat où vous vous sentez naturellement à l'aise. À leur côté, vous ne ressentez pas de pression à vous conformer, ni une envie de vous cacher derrière une façade professionnelle rigide. Vous êtes vous-même ! Lorsque vous démarrez une nouvelle mission par exemple, ces collègues de confiance savent que vous avez besoin d'un temps d'adaptation. Ils sont conscients de vos forces et de vos domaines d'amélioration.

Ils prennent de vos nouvelles et vous offrent volontiers leur aide

On les reconnaît aussi par leur attention désintéressée à votre égard, qui va au-delà des interactions superficielles. Ils ont un réel intérêt pour votre bien-être et votre développement professionnel : “Tout se passe bien dans la prise en main de ce nouveau logiciel ? “, “Tu es à l'aise à ce bureau ? Sinon, on peut t'en trouver un autre.” En fait, ils peuvent vous offrir leur aide avant même que vous ne les sollicitez. Ils anticipent les défis auxquels vous pourriez faire face, vous partagent des conseils, vous livrent certaines de leurs expériences pour vous aider à affronter les prochaines difficultés. On retrouve ces personnes-ci notamment chez les collaborateurs, désignés parrains ou marraines d'un nouvel arrivant. Ces derniers ont généralement fait le choix de guider les nouveaux, ils aiment échanger et transmettre.

Ils ne se manifestent pas uniquement en cas de problème

La présence de collègues alliés n'est pas exclusivement limitée aux moments de difficulté. En effet, ils ne pointent pas le bout de leur nez, seulement lorsqu'il y a un problème à résoudre ou qu'ils ont besoin de votre aide. Ils sont aussi présents dans les moments plus “calmes”. Ils sont prêts à discuter avec vous, sans raison spécifique. Leur présence régulière et désintéressée montre qu'ils valorisent la relation au-delà des bénéfices professionnels immédiats.

Ils vous adressent des compliments sincères

Recevoir des compliments vrais de la part de collègues peut booster votre confiance en vous-même et renforcer votre sentiment d'appartenance à un groupe. Un collègue de confiance saura remarquer et reconnaître vos succès et efforts. Il n'hésitera pas à vous féliciter le cas échéant. Ses encouragements seront souvent spécifiques et pertinents, reflétant sa véritable attention en votre travail.

Ils vous intègrent au collectif

Les collègues alliés vous encouragent à participer activement à la vie de l'équipe, que ce soit par des projets professionnels ou des activités sociales. Ils peuvent vous inviter à vous joindre aux réunions, aux brainstormings, et même aux événements en dehors des heures de travail, ce qui peut faciliter votre intégration et élargir votre réseau professionnel et social.

Ils partagent avec vous des points communs

La similarité crée un terrain d'entente entre deux individus, ce qui peut mener à des relations plus profondes et plus significatives. Les collègues alliés peuvent partager avec vous des valeurs professionnelles, mais aussi avoir avec vous des intérêts personnels communs ou même des visions similaires de la vie, ce qui renforce votre connexion avec eux. Les points communs sont souvent le fondement sur lequel se construisent la confiance et la collaboration.

Ils n'agissent pas pour le paraître

Vos véritables alliés vous aideront de manière cohérente et authentique. Ils ne chercheront pas à se mettre en avant parce que cela pourrait être visible par la direction ou bénéfique pour leur image. Leur soutien est constant et motivé par un véritable désir de vous voir réussir et de contribuer à votre évolution, indépendamment de leur propre intérêt.

Ils ont des alliés, en qui vous faites confiance

Bien que vous puissiez apprécier une personne, accorder votre confiance dépend également de celle que vous placez dans son entourage. Pouvez-vous être certain que vos confidences ne seront pas partagées avec d'autres, et que vos collègues de confiance sauront faire la distinction et conserver votre confidentialité ? Dans le cas contraire, cela pourrait compromettre votre position.


Comment exploiter au mieux le potentiel de vos collaborateurs de confiance?

Une fois que vous avez identifié les collaborateurs sur lesquels compter, ceux que vous estimez fiables et capables de conserver les informations que vous leur partagez, il est important d'adopter un comportement approprié à leur égard. Ne pas le faire risquerait de vous priver d'opportunités précieuses.

Appuyez-vous sur la matrice sociodynamique

Jean-Christian Fauvet, un conférencier et publicitaire à l'origine de l'approche sociodynamique, a élaboré une matrice à deux axes démontrant comment les individus pouvaient prendre position en faveur ou en défaveur d'un projet, mais aussi comment les uns et les autres pouvaient s'influencer entre eux et potentiellement changer de position.


En fonction du niveau de synergie (le premier axe de la matrice) c'est-à-dire de l'investissement déployé pour promouvoir ou entraver la réalisation d'un projet et du niveau d'antagonisme (le deuxième axe) désignant le fait d'être "pour" ou "contre" un projet, chacun pourra se reconnaître dans l'un des profils.


Pour décrire brièvement les profils que Fauvet a identifiés, vous trouverez :

  • L'engagé, qui est fortement investi dans le projet ou l'initiative. Mais celui-ci manque de crédibilité, ne permettant pas de convaincre d'autres personnes.

  • Le constructif, qui est généralement en faveur du projet ou de l'initiative en question. Son énergie et son engagement sont orientés vers la réussite et la promotion du projet. Il est capable, par des arguments concrets, de rallier d'autres acteurs à sa cause.

  • Le suiveur, qui a tendance à suivre les opinions ou actions des autres sans exprimer d'opinions fortes. Son engagement est limité et dépend souvent des attitudes et actions des autres. Il peut être influencé par les arguments que les autres acteurs lui présentent.

  • L'hésitant, qui exprime des doutes ou des incertitudes concernant le projet. Il peut être influencé tant par les arguments des constructifs que par ceux des opposants. Sa position peut fluctuer en fonction des informations et discussions fournies au cours du processus décisionnel.

  • Le passif, qui ne manifeste aucun fort d'engagement envers le projet, est indifférent ou neutre par rapport à l'initiative en cours. Il a tendance à suivre le mouvement et à ne pas prendre d'initiatives proactives pour soutenir ou contester le projet.

  • Le grognon, qui exprime son mécontentement ou insatisfaction à l'égard du projet. Son attitude peut être marquée par un cynisme ou une hostilité envers l'initiative en cours. Il peut avoir des préoccupations légitimes, mais adopte souvent une approche négative dans ses interactions.

  • L'opposant, qui comme vous pouvez le supposer, s'oppose activement au projet ou à l'initiative. Il est souvent motivé par des désaccords profonds ou des intérêts contradictoires. Il est capable d'utiliser des arguments concrets pour ramener à sa cause ceux qui ne se seraient pas encore positionnés.

  • Le révolté, qui exprime ouvertement son opposition et sa colère à l'égard du projet, est dirigée vers la contestation et la remise en question de l'autorité ou des décisions prises. Il peut ressentir un sentiment d'injustice ou un fort désir de changement dans l'organisation.

  • Le déchiré, qui se trouve dans un état de conflit interne entre le soutien et l'opposition au projet, a une position qui fluctue en fonction des informations, discussions et émotions intervenant durant le processus décisionnel.

À noter cependant que l'ensemble de ces positions ne sont pas figées dans le temps.

Sociodynamique

Concentrez-vous sur les constructifs

Parmi les différents acteurs répertoriés, il y en a un qui nous intéresse particulièrement : ce sont les constructifs, également appelés alliés. Leur niveau d'énergie et d'engagement en faveur du projet est généralement positif. Leur voix est influente, car ils sont capables de convaincre les "passifs" et "hésitants” en utilisant des arguments concrets.


Toutefois, les avoir à ses côtés ne signifie pas nécessairement être en accord total avec eux. Ils peuvent tout à fait être en désaccord avec nous, tout en restant constructifs et bienveillants. Lorsque vous souhaitez identifier des collègues de confiance et vous rapprocher de ces derniers pour créer une relation durable, concentrez-vous donc en priorité sur les constructifs.

Adoptez le bon comportement

  • Consacrez-leur une part significative de votre temps
    • Organisez régulièrement des réunions individuelles ou en petit groupe avec vos alliés pour discuter des projets en cours, des défis rencontrés et des stratégies à adopter.
    • Assurez-vous de leur accorder une écoute attentive lors de vos interactions avec eux, en étant ouvert à leurs idées et suggestions.
    • Echangez avec eux en dehors des réunions formelles, durant les déjeuners ou événements d'entreprise par exemple, pour renforcer les liens et approfondir la confiance mutuelle.
  • Impliquez-les
    • Donnez-leur des responsabilités et des tâches pertinentes qui démontreront de votre confiance en leur capacité à contribuer de manière significative.
    • Consultez-les lors de la prise de décisions importantes, en les informant des enjeux et en recherchant leur point de vue et leurs conseils.
    • Encouragez-les à participer activement aux projets en cours, en les incitant à partager leurs idées et leur expertise pour améliorer les résultats.
  • Faites-les parler en votre nom
    • Fournissez-leur des ressources et des informations supplémentaires pour renforcer leur crédibilité et leur capacité à influencer les opinions des autres.
    • Incitez-les à utiliser leur relation et leur influence pour défendre vos idées de manière constructive et persuasive, en mettant l'accent sur les avantages pour l'équipe ou l'organisation dans son ensemble.
  • Exprimez-leur votre reconnaissance
    • Remerciez-les pour leur engagement et leurs contributions, en reconnaissant publiquement leurs efforts et leurs réalisations devant l'équipe ou la direction.
    • Donnez-leur des retours positifs sur leur travail, en mettant en avant ce que vous aimez et en les motivant à continuer ainsi.
    • Soyez attentif à leurs besoins et à leurs préoccupations, en offrant votre soutien et en cherchant activement des moyens de les aider à atteindre leurs propres objectifs professionnels.

Comment créer du lien avec vos collègues alliés ?

Cherchez à les connaître

  • Initiez le contact

    Allez à leur rencontre ! Osez vous diriger vers eux et engager une conversation. Si vous ne savez pas comment débuter l'échange, vous pourriez leur poser des questions sur leur parcours, sur ce qui les passionne, sur ce qui les préoccupe actuellement. Vous pourriez aussi appliquer la méthode du small talk en abordant des sujets simples et universels (ex : la météo, un récent film sorti au cinéma, la prochaine destination des vacances). Une fois la conversation lancée, écoutez sincèrement leurs réponses et surtout restez vous-même.

  • Participez à des moments informels

    Vous pourriez, si vous en avez l'envie bien sûr, rejoindre vos collègues lors des pauses-café, des déjeuners ou des événements hors temps de travail. Ces occasions informelles seront propices à briser la glace et vous permettront éventuellement de découvrir des personnalités au-delà des rôles professionnels. Durant ces moments, vous déconstruirez peut-être des opinions que vous vous auriez faites sur vos collègues (”je ne pensais pas qu'il était aussi sympa”) et pourriez faire d'agréables découvertes.

  • Valorisez leur expérience

    Montrez de l'intérêt pour le savoir-faire de vos collègues et leur parcours. Un compliment sincère sur leur travail ou leur compétence pourrait ouvrir des portes vers des échanges plus riches. Si leur expertise vous impressionne, faites-le leur savoir et demandez-leur des conseils, ils se sentiront valorisés.

Aidez-les

  • Rendez-vous disponible pour eux

    Montrez que vous êtes prêt à leur offrir votre aide, même si vous ne détenez pas toutes les solutions. Un court message envoyé par écrit “j'ai vu que tu semblais débordé, si je peux t'aider, n'hésite pas à me solliciter” ou une simple phrase partagée à l'oral “je suis là, si besoin” pourrait avoir son petit effet. Ces attentions démontreront votre altruisme, qualité essentielle pour gagner leur confiance.

  • Pratiquez la réciprocité : donnez d'abord et vous recevrez naturellement

    Inspirez-vous de la loi de la réciprocité, évoquée par R. Cialdini dans son ouvrage Influence et Manipulation. En accompagnant vos collègues lorsqu'ils en ont besoin, il est probable qu'ils vous aident de leur plein gré en retour lorsque vous en aurez besoin. Par exemple, si vous offrez un café à votre collègue parce que celui-ci est à court de pièces jaunes au moment du paiement, il se peut qu'il vous rende la pareille et vous apporte votre café le lendemain matin !

Ouvrez-vous

  • Partagez sur vous-même

    La transparence est essentielle pour bâtir des relations de confiance. Osez partager des informations sur vous, que ce soit votre point de vue, vos intérêts ou vos expériences. Vous pourriez vous appuyer sur la fenêtre de Johari, un outil permettant de faire le point sur les informations nous concernant que l'on partage ou non aux autres, et celles que les autres nous partagent ou non. Ce même outil invite à prendre du recul sur sa propre communication. Ainsi, si vous partagez peu d'informations vous concernant, vous serez peut-être considéré comme le collègue discret, que l'on apprécie certes, mais auprès de qui on ne se confiera pas parce qu'on ne le connaît pas. Pensez à vos amis les plus proches : s'ils vous connaissent très bien, c'est parce que vous leur avez partagé des informations à votre égard. Bien sûr, dans la sphère professionnelle, les éléments à partager sur vous ne seront pas aussi personnels et nombreux. À chacun de faire la part des choses entre les informations sur soi que l'on accepte de dévoiler aux autres et celles que l'on préfère conserver pour soi.

  • Montrez votre vulnérabilité

    Il n'est pas nécessaire de paraître tout le temps parfait au travail. Vous pouvez tout à fait admettre quand quelque chose vous échappe ou lorsque vous avez besoin d'aide. Cela démontrera de votre côté humain et pourra encourager votre entourage professionnel à vous partager à leur tour leurs propres expériences vécues lors de situations inconfortables passées. Autres exemples : vous n'avez pas saisi l'explication d'un collègue sur une méthode. Cela arrive ! Soyez franc et dites-le-lui simplement. Ou encore, vous ne savez pas comment formuler votre demande de congés à votre manager, peut-être qu'un collègue pourrait vous aiguiller sur la meilleure manière de procéder.

Cultivez la confiance sur la durée

  • Entretenez la flamme

    Il ne s'agit pas de s'intéresser à un collègue une seule fois et c'est tout, simplement pour “faire bonne figure”, puis de cesser toute bonne action lorsque vous avez obtenu ce que vous souhaitez. En procédant de la sorte, vous ne développerez pas de relation de confiance à long terme. La confiance s'installe sur la durée.

  • Reconnaissez vos fautes s'il y en a

    L'un des risques une fois la confiance envers un collègue établie est de la perdre. Si vous avez commis une faute, que vous la reconnaissez, vous vous en excusez sincèrement et envisagez des actions pour vous améliorer, ce sera déjà un grand pas pour rétablir la confiance.

Composez avec les fluctuations de confiance et d'harmonie

  • Acceptez de ne pas plaire à tout le monde

    Il est impossible de plaire à tout le monde en milieu professionnel. Chaque individu a ses préférences, ses opinions et ses visions, ce qui signifie qu'il est inévitable de rencontrer des collègues avec lesquels nous ne sommes pas en harmonie. Accepter cette réalité peut vous aider pour ne pas vous sentir découragés ou dévalorisés lorsque vous rencontrez des désaccords ou des tensions avec certains collègues. Au contraire, cela peut vous encourager à rester fidèles à vos valeurs et à maintenir des relations professionnelles respectueuses, même en cas de divergence d'opinions.

  • Reconnaissez que la confiance envers vos collègues changera avec le temps

    Vos collègues de confiance d'aujourd'hui ne sont pas nécessairement ceux de demain. Les relations professionnelles peuvent être soumises à des changements en raison de facteurs tels que les arrivés des uns et les départs des autres, les modifications des responsabilités professionnelles et les évolutions des priorités organisationnelles. Il est donc essentiel de rester ouvert et adaptable, tout en continuant à cultiver de nouvelles relations et à renforcer celles existantes.

Vous entourer de collaborateurs que vous appréciez, mais surtout, en qui vous avez une réelle confiance peut fortement impacter votre envie de travailler et de vous rendre au travail, mais aussi influer positivement sur votre performance, vous apporter un soutien émotionnel fort, vous aider en cas de situations délicates rencontrées, vous servir d'appui lorsque vous avez besoin de convaincre un groupe d'individus d'une action que vous jugez utile à mener. Ces collaborateurs de confiance, aussi appelés “alliés” ou “constructifs” si nous faisons référence à la matrice sociodynamique, ont l'avantage d'utiliser des arguments convaincants dans leurs discours, de pouvoir parler en notre nom et d'être écoutés par d'autres, notamment par les plus hésitants et personnes sans opinion prononcée. Pour pleinement tirer parti de ces relations avec eux, il est préférable de choisir avec discernement à qui accorder sa confiance, ce qui nécessite de savoir identifier ses alliés au travail. On les reconnaît le plus souvent, car ils apportent en principe un climat serein, offrent volontiers leur aide, viennent échanger avec nous-même en l'absence de problèmes, reconnaissent nos qualités, nous incluent dans le collectif, possèdent des points communs avec nous, agissent par pure bonté, etc. Il convient ensuite de cultiver activement ses connexions avec ses collègues alliés. La confiance se gagne et se nourrit au fil du temps à travers la réciprocité, l'honnêteté et le soutien constant. Investir dans des relations de confiance n'est pas seulement une question de carrière ; c'est une fondation solide pour un environnement de travail enrichissant et motivant. Prenez donc le temps de reconnaître et de valoriser vos collaborateurs de confiance.

Partagez cet article autour de vous

Nous contacter

Nos autres articles

Conduite du Changement • 29 Juillet 2022

Comment accepter le changement ?

À l’annonce d’un événement inattendu, un sentiment d’appréhension peut naître en nous, rendant difficile l’acceptation du changement. Comment accéder plus vite à l’acceptation de cette transformation ? Comment fonctionnons-nous lors de ces situations ? Comment accompagner un proche qui expérimenterait un changement ?

Réflexion

Gestion d'équipe • 08 Septembre 2021

ALTEN se forme aux meilleurs outils de transmission de contenus pour mobiliser tous ses collaborateurs

Savoir transmettre un contenu à ses collègues, capter leur attention, vulgariser une notion complexe : telles sont les compétences enseignées par Seven lors d’une formation de formateurs, à destination du groupe ALTEN.

Cas Pratique

Biz Dev • 29 Juillet 2021

Identifier une problématique : la mission clé lors de la définition

Trouver une bonne problématique est essentielle pour définir la direction à suivre lors d’un lancement de nouveau projet. Pour cela, la deuxième étape du design thinking, à savoir la définition, s’y prête parfaitement.

Réflexion